Aviso Aviso
En raison des mesures qui sont en train d?être prises pour gérer au mieux la crise du Coronavirus, de nombreuses activités et manifestations programmées sont en train de subir des modifications, voire des annulations. Par conséquent, veuillez vous renseigner au sujet de tous les contenus publiés sur ce portail.
Pour voir et à faire

Le Retable de San Miguel d'Aralar

Orfèvrerie

Multimedia

Le Retable de San Miguel d'Aralar

Météo

Avertissement

CORONAVIRUS: La información de este portal que contiene fechas y horarios ha sufrido cambios. Se aconseja reconfirmar cualquier información con los gestores.


Voici une œuvre capitale de l'orfèvrerie médiévale européenne, classée Bien d'Intérêt Culturel. Attribué à un atelier limousin, ce retable roman du XIIe s. est exhibé derrière une vitre sur le maître-autel de l'église du Sanctuaire San Miguel de Aralar.

37 émaux composent une singulière collection de personnages, harmonieusement disposés dans ce parement d'autel en métal doré de 2 mètres de large et 1,40 mètres de haut. Au centre, dans une mandorle, le personnage principal, une Vierge à l'Enfant. Conformément au canon roman, la Vierge Marie fait office de trône pour l'Enfant Jésus couronné qui bénit de la main droite en tenant les Livres Sacrés de la main gauche. Les pieds de la Vierge reposent sur un tabouret artistique. Remarquez, des deux côtés de sa tête, les lettres alpha et oméga et en dessous, l'étoile de l'Épiphanie.

Une représentation du Tétramorphe entoure la Mère et le Fils, et non le Sauveur, comme à l'habitude, ce qui est fort curieux. Il s'agit des quatre symboles des évangélistes : un ange pour saint Matthieu ; un aigle pour saint Jean ; un lion ailé pour saint Marc et un taureau pour saint Luc.

Des deux côtés, douze arcades disposées symétriquement encadrent autant de personnages. On y reconnaît les Rois Mages avec leurs offrandes ; 6 apôtres dont saint Pierre, la clé du Royaume à la main ; la Vierge, et le roi donateur. Entre les arcades, vous apercevrez en relief des édifices représentant la Jérusalem Céleste.

Admirez les traits et les costumes de chaque personnages individualisés avec grande virtuosité. Les plis dorés des tuniques sont parfaitement assortis aux gammes de bleu indigo, au vert et aux quelques touches de blanc, noir et rouge. Les têtes et les pieds finement ciselés de tous les personnages sont également frappants.

L'absence de quelques médaillons et de certaines arcades rappellent que plusieurs pièces de ce chef-d'œuvre furent dérobées par le voleur d'œuvres d'art Eric le Belge, en 1979. Heureusement, à ce jour, elles ont été pratiquement toutes retrouvées.

Emplacement

PRIX

Observations: entrada gratuita.

Horaires, dates et prix indicatifs à confirmer avec l'entité responsable.

Information pratiques